En raison des enjeux de divers ordres qui s’attachent à sa gestion, le foncier constitue en Afrique une problématique centrale pour la prise en charge de laquelle de nombreuses initiatives ont été développées sans toutefois, produire les effets escomptés.

En Afrique de l’Ouest, il y a un hiatus entre les législations et les normes locales d’accès et de contrôle de la terre, laissant l’essentiel des ruraux dans une insécurité juridique, qui favorise de multiples conflits fonciers. La complexité de la tenure foncière en Afrique de l’Ouest est le résultat de la coexistence de plusieurs systèmes, soit coutumier, parfois avec l’influence islamique, soit française.

Ainsi, la législation foncière héritée de la colonisation, calquée sur le modèle de la propriété privée, ne prend pas en compte les principes des systèmes locaux de tenure foncière, à telle enseigne qu’aux yeux de l’Etat, le statut foncier de la plupart des ruraux est précaire, s’il n’est pas tout simplement illégal. Et la difficulté à résoudre les problèmes fonciers tient à la spécificité de la terre, qui reste un élément de la nature, inextricablement entrelacé avec les institutions de l’homme.

(2)

(6)

(15)

(35)

Legitimate governance