Pratiques occultes autour de l’attribution des marchés publics

De 1986 à 1991, j’ai travaillé à Kaffrine en qualité de directeur du centre d’éducation populaire et sportive. J’avais constaté un très grand engouement des populations, notamment des jeunes pour le hand-ball. Ceci était le résultat d’une politique promotionnelle de cette discipline sportive au niveau local. Cette politique avait d’autant plus convaincu que l’équipe de hand-ball remportait tous les trophées au niveau régional. Le seul terrain disponible dans l’école privée laïque de la commune devenait trop petit pour accueillir tous les adeptes de hand-ball que les victoires successives avaient fini de convaincre. La seule alternative était de construire un autre terrain de hand-ball.

Je dus faire une intervention au conseil municipal qui accepta de prendre en charge le projet de construction de ce terrain.

Les travaux furent malheureusement confiés à un commerçant libanais qui n’était en fait entrepreneur que sur le papier. Il avait eu le marché sur la base d’un accord avec le maire qui devait recevoir une contrepartie financière. En conséquence, les conducteurs du chantier étaient choisis dans le tas et n’avaient aucune qualification professionnelle en la matière.

Tout de même, le terrain fut construit, au grand dam du hand-ball, des pratiquants et des finances publiques. En effet, en moins de deux ans, le terrain fut délabré au point de nécessiter de grosses réparations qui ne furent exécutées qu’avec l’arrivée d’un nouveau maire.

Adresse de l’auteur: Centre départemental d’éducation populaire et sportive (CDEPS) Rufisque BP191

Téléphone : 00 221 836 33 74

00 221 836 58 57 ; 00 221 641 16 93

Legitimate governance

Keywords

Géographiques