Plan d’aménagement du territoire largement concerté, facteur de cohésion sociale

Le cas de Ross Bethio dans la résolution d’un conflit entre agriculteurs et éleveurs

La communauté rurale de Ross Béthio est située dans le delta du Sénégal. Cette zone à vocation agro-sylvo pastorale a subi des mutations importantes avec l’aménagement des cuvettes pour la culture du riz. Ces cuvettes, qui jadis étaient occupées par les eaux de crue, servaient de pâturage pour les animaux en période de décrue. Avec l’aménagement des parcelles de riz, l’accès à l’eau du fleuve devenait presque impossible pour les éleveurs. Ce phénomène s’est renforcé avec l’apparition d’aménagements agricoles exécutés par des personnes privées. Pour rappel, l’aménagement du bassin du fleuve Sénégal était exclusivement du ressort de la SAED (Société d’Aménagement et d’Exploitation du Delta du fleuve) qui est une société publique. Mais avec le désengagement de l’Etat dans les années 1980, commença l’apparition d’aménagements privés sur des parcelles affectées par la communauté rurale à des tiers.

C’est ainsi que les conflits commencèrent entre éleveurs et agriculteurs et ceci jusqu’à des pertes en vies humaines. La communauté rurale lors de ses réunions de délibération n’associait pas les autres porteurs de voix. D’autres conflits apparaissaient aussi entre populations locales et attributaires de parcelles. Les populations des villages estimaient que ce sont leurs terres qui sont affectées à des personnes sans leur consentement d’où leur opposition à l’occupation et à l’aménagement de certaines parcelles ayant déjà fait l’objet d’attribution.

Tous ces conflits ont fait l’objet d’étude et de recherche de solution menée par l’ISRA (Institut Sénégalais de Recherche Agricole) / Fleuve et la SAED dans un programme d’aménagement et d’occupation concerté (PAOC). Ce programme a duré 4 ans avec comme finalité l’établissement de cartes géographiques définissant les limites de chaque type d’activités, mais aussi le rôle de chaque partie dans l’affectation et l’aménagement de la zone. Une concertation a été menée avec tous les acteurs (le conseil rural, les autorités administratives, les politiques, les religieux, les coutumiers, les agriculteurs et les éleveurs etc.)

Ainsi, un plan d’aménagement a été fait et les délibérations de parcelles s’effectuent désormais de manière inclusive et consensuelle par toutes les parties prenantes : les chefs de village, les représentants des agriculteurs et éleveurs.

Cette nouvelle situation a permis de réconcilier les différentes franges de la population et on assiste actuellement à une certaine complicité entre éleveurs et agriculteurs dans la gestion des conflits.

Les répercussions de cette gestion collective ont même des effets positifs sur la gestion des ressources naturelles et l’environnement. Cette cohabitation devrait s’étendre dans tout le bassin du fleuve Sénégal où les populations partagent les mêmes difficultés et recherchent ensemble des voies de sortie de crise en dehors même des institutions officielles (autorités administratives et élus locaux).

Legitimate governance

Keywords

Géographiques