Les liens de cousinage entre communautaires peuvent-ils contribuer à la résolution des crises au Mali?

Contexte

Depuis 2012 le Mali subit les assauts répétés des forces djihadistes et des indépendantistes touaregs au Nord du pays. Les forces djihadistes ont pu s’incruster au centre du Mali désorganisant l’ordre social et les mécanismes de gestion pacifique des crises. Ils ont attisé des antagonismes intercommunautaires. De cette crise sont sorties des milices d’autodéfense se réclamant des communautés antagoniques. Le Mali est devenu une zone où grouillent des milices procédant à des massacres notamment des peuls avec des représailles de ces derniers.

Suite aux graves affrontements intercommunautaires (peuls et dogons) qui ont eu lieu dans le cercle de Bandiagara, les ressortissants regroupés dans l’Association pour le Développement du Cercle de Bandiagara (ADB) ont décidé d’envoyer une mission de prise de contacts avec les acteurs locaux afin de contribuer à l’apaisement et surtout la recherche de solutions venant des acteurs de proximité. En tant qu’un des présidents d’honneur de l’Association, j’ai été membre de cette délégation. Au cours d’une rencontre qui s’est tenue, le samedi 30 mars 2019.

Après le démarrage des échanges, le modérateur que j’étais, a vu un groupe d’environ cinq à six personnes rentrer dans la salle et s’installer dans l’allée centrale avec une enclume, des soufflets, des marteaux, des pinces et autres instruments de travail. N’étant pas informé de cette incursion assez inattendue, j’ai demandé à un des organisateurs d’aller s’informer sur l’identité et les intentions de ces personnes qui n’avaient pas une apparence hostile, mais qui concluaient chaque intervention par le bruit d’un coup de marteau sur l’enclume. Peu de temps après, il me revient que se sont des forgerons de Bandiagara qui ont décidé de s’inviter à la rencontre.

A la clôture de la liste des intervenants, j’ai demandé au Président de séance l’autorisation de donner la parole, en tant que peul, à mes « petits fils » qui sont venus en intrus dans la salle. En effet il existe un rapport mythique de cousinage entre peul et forgerons qui les oblige à vivre en harmonie, les farces les plus salaces sont permises dans l’hilarité générale. C’est à ce moment que celui qui semblait être le Chef nous déclare que c’est une délégation des forgerons du Cercle de Bandiagara, membre de l’Association des Forgerons. Il poursuit que leur association a entendu parler de la rencontre et de ses objectifs alors qu’il était sur le terrain et qu’ils ont alors décidé d’interrompre leur visite dans les villages pour nous apporter trois importants messages qui peuvent contribuer à l’apaisement des tensions et même à la recherche de solutions aux affrontements entre certains peuls et certains dogons.

Les messages qu’il nous a délivré sont :

L’association des forgerons vient simplement nous rappeler que les porteurs des acquis de notre patrimoine culturel, à défaut d’avoir des kalachnikovs où autres engins de mort, peuvent aider à ramener l’accalmie afin que les maliennes et maliens retrouvent leurs esprits, leur savoir être et surtout se parlent et s’écoutent pour sauver et construire ensemble la paix et le futur du pays.

M Ousmane Sy, ancien ministre malien, est le Président du Conseil de l’Alliance pour Refonder la Gouvernance en Afrique

Legitimate governance

Keywords

Géographiques