La cohabitation des Légitimités la région des Hauts-Bassins du Burkina Faso

L’historien Joseph Ki-Zerbo écrivait dans son ouvrage intitulé A quand l’Afrique que « L’histoire marche sur deux pieds: le pied de la liberté et le pied de la nécessité ». le pied de la liberté considéré comme la capacité de réfléchir et le pied de la nécessité comme l’obligation pour la communauté de mettre sur pied des structures et institutions et de les faire fonctionner.

En effet, toute société qui s’organise utilise ces deux pieds de l’histoire. Elle prend ainsi conscience d’elle-même en se donnant librement des règlements par sa manière de vivre en société et par les solutions qu’elle apporte aux problèmes qu’elle rencontre.

Les sociétés qui constituent l’actuelle région des Hauts-Bassins ne dérogent pas à cette à cette règles puisqu’elles ont au cours de l’histoire inventé, mis en place et fait fonctionner des institutions et structures que sont les pouvoirs locaux et les légitimités qui, encore aujourd’hui, jouent un rôle primordial dans la gouvernance locale. Or, jusqu’à présent peu d’études ont été réalisées sur ces pouvoirs et institutions et notamment sur la cohabitation des différentes légitimités dans le temps et dans l’espace.

Pour la mise en œuvre de l’initiative sur la cohabitation des légitimités, la médiation nationale de l’Alliance pour refonder la gouvernance en Afrique (ARGA) a sollicité les compétences du Centre Africain de recherche pour une pratique culturelle du Développement (CAD) pour conduire et animer un processus de collecte, d’analyse croisée d’expériences sur la cohabitation des légitimités au niveau local et leur mise en débats dans la région des Hauts-Bassins. Ce processus vise à:

• produire des connaissances sur les mécanismes de régulation sociale à partir des expériences des acteurs;

• contribuer à développer un dialogue collectif des rapports entre les différents acteurs et leurs influences respectives dans la gestion de l’espace public;

• déboucher sur l’émergence des propositions pour une cohabitation pacifique et une gestion équitable et efficiente de l’espace public local;

• susciter un engagement des acteurs au dialogue et à la réflexion collective.

Le rapport général de l’étude a été présenté, mis en débats et croisé avec d’autres expériences dans le cadre de l’atelier d’analyse transversale organisé en novembre 2008 à Ouagadougou. La présente fiche porte sur les mécanismes qu’elles déploient ou devraient déployer à la fois pour cohabiter entre elles mais aussi pour survivre aux côtés des nouveaux pouvoirs locaux qui émergent dans le cadre de la décentralisation.

Download

Legitimate governance

Keywords

Géographiques

Méthodologiques